Accueil  >  Culturons-nous

Au Palais des Beaux-Arts, on a vu l'expo sur le peintre Raoul Dufy

Jean Duquesne 2 min de lecture
11 mars 2021, Culturons-nous

Partager cet article

Partager cet article

Ce n'est pas parce que les musées sont fermés qu'ils ne préparent pas avec grand soin votre retour. Le Palais des Beaux-Arts a déjà prévu le coup et une belle expo sur l'artiste Raoul Dufy n'attend plus qu'à être observée. En attendant de la voir de vos propres yeux, on lève le rideau sur les œuvres pour vous aider à patienter.

Raoul Dufy, vous en avez sans doute entendu parler si vous avez écouté les conférences en ligne organisées par le Palais des Beaux-Arts dont on vous parlait en janvier. Pour les autres, on vous dresse son portrait rapidement. C'était un peintre, dessinateur, illustrateur de livres, graveur… bref la totale. Il était français, né au Havre en 1877, et à l'origine d'environ 6 000 œuvres impressionnistes dont les supports varient beaucoup. Maintenant, place à l'expo.

Tout d'abord : un mini-film. Neuf minutes pendant lesquelles les animations présentent l'artiste dans les grandes lignes. Il n'a jamais été présenté en France, pour l'instant. On continue la visite qui s'étend sur trois salles : une est centrée sur la biographie de Raoul Dufy, la deuxième traite des œuvres sur le thème de Paris et Londres, et enfin, la troisième montre son voyage aux États-Unis.

Dessins, aquarelles, peintures

Bon, rien ne remplace la chance de voir les œuvres en vrai mais on va vous les décrire le mieux qu'on peut. Les yeux passent de tableaux très colorés souvent réalisés à l'aquarelle à des dessins dont certains ont été réalisés à l'encre noire. Pour vous donner une idée du talent de l'artiste, dites-vous que les aquarelles étaient souvent terminées en vingt minutes. Plutôt frustrant quand on repense à nos galères en courts d'arts-plastiques.

Parmi tous les tableaux, on remarque que beaucoup sont inspirés de la musique. Ce n'est pas un hasard, l'artiste y était très sensible car il vivait dans une familles de musiciens. Une fois sur toile, voici ce que ça donne :

En 1950, Raoul Dufy décide de se faire une petite virée aux Etats-Unis. En soit l'histoire est plus triste, il s'y rend pour rencontrer le Dr Freddy Homburger qui a été choqué de l'état des mains de l'artiste. Car oui, Dufy était touché par une polyarthrite qui lui causaient de sacrées douleurs. Mais séjour à l'hôpital de Boston ou non, Raoul ne perd pas son temps et dessine tout ce qu'il observe dans ce nouveau pays en utilisant notamment les napperons de l'hôpital. Puis comme se faire opérer des mains et peindre en même temps n'est pas simple, l'homme finit par devenir ambidextre. C'est ce qu'on peut découvrir dans la troisième salle de l'exposition.

Tout ça, vous ne pouvez pas le voir pour le moment. Mais avec un peu de chance, elle sera visible à compter du 17 mai. C'est en tout cas ce que le musée espère.

En attendant, vous pouvez aller sur le site du Palais des Beaux-Arts et sur ses réseaux sociaux : Facebook et Instagram.

Vozer Vozer

À lire aussi, c’est tout frais !


La librairie Godon déstocke ses livres anciens à moitié prix dans le Vieux-Lille

Aurore Garot, 1 min de lecture
13 avr. 2024 Culturons-nous


Le festival de BD Au temps Buller revient ce week-end à Lambersart

Aurore Garot, 3 min de lecture
09 avr. 2024 Festival Culturons-nous


Le théâtre du Nord fait son dernier aftershow de la saison en mode italo-disco

Aurore Garot, 2 min de lecture
19 mars 2024 Night Night Culturons-nous


article écrit
par Jean Duquesne

Vozer Vozer

À la une de Vozer

Menu
La vie quot'

Chiant mais important

Transports

Staïle

Voyage voyage

Faits divers

Dans la rue

Bouffe & Godet(s)

Brasseries

Bars

Foodporn

Culturons-nous

Plein les yeux

Street Art

Flashback

Geek

On sort ?

Night Night

Festival

Braderie

WTF

Vert et Solidaire

Solidarité

C'est green

Sueur

Jeux Olympiques

et aussi

Comment ça marche, Vozer ?

La carte ultime de Lille

Qui sommes-t-on ?

Faire de la pub avec nous

Ça mérite un sujet Vozer

Faire un stage chez nous

"Flashback" : le livre

Contact