Accueil  >  La vie quot'

Dans les Hauts-de-France, Henri Boucher recrute 140 apprenti.es

Mathilde Dolinger 2 min de lecture
21 mai 2022, La vie quot'

WYSIWYG PHOTOGRAPHY

Partager cet article

Partager cet article

Article
en partenariat

Le ou la client·e commande un article mais n’a pas de droit de regard sur la publication avant parution. C’est nous qui produisons le contenu pour en contrôler la qualité, le ton et l’éthique.

Pour en savoir plus, c'est ici

Cher·es futur·es boucher·es et vendeur·ses, si vous cherchez une alternance, sachez que l'entreprise familiale belge recrute dès le 1er juillet plus d'une centaine d'apprenti·es dans ses boutiques de la région. Et vous avez de très fortes chances d'être embauché·es après vos deux ans de formation.

"Les boucher·es sont très recherché·es. Ça devient une denrée rare", commence Nathalie Dhaussy, la responsable RH d'Henri Boucher des Hauts-de-France. Et on sait tou·te·s que plus d'offres que de demandes, ça réduit drastiquement les chances de connaître le monde des démarches Pôle Emploi. Donc c'est bon à prendre.

Et ça tombe bien puisque non seulement il y a de la place dans les formations professionnelles des Centres de formations d'apprentis (CFA) et de la Chambres de métiers et de l'artisanat, mais en plus les propositions d'alternance sont au rendez-vous pour les étudiant·e·s. Et notamment chez Henri Boucher, l'entreprise familiale belge qui possède 99 boucheries dans les Hauts-de-France. "On commence le recrutement de 140 apprenti·es en boucherie et en vente dans la région, pour qu'iels puissent commencer dès le mois de juillet dans nos boutiques, avec un maître d'apprentissage fixe", explique la responsable RH.

Un contrat à la fin de l'apprentissage

Après vos deux ans d'alternance, vous avez de grandes chances d'être embauché·es en CDI dans l'entreprise familiale. Et le job vous permettra d'avoir quelques avantages : des primes en plus du salaire de base, un planning établi trois semaines à l'avance, etc. "La plupart du temps, le jour de repos est le toujours le même, ainsi que les horaires", détaille Nathalie Dhaussy. Et bien sûr, il y a des possibilités d'évolutions de carrière. "Iels peuvent passer chef·fe adjoint·e, chef·fe boucher·e voire chef·fe de secteur", ajoute-t-elle.

Et pour postuler auprès de l'enseigne, rien de plus simple : il suffit d'aller sur le site internet d'Henri Boucher, rubrique "Jobs" puis "nos offres d'emploi", où apparaît une liste évolutive des boucheries qui recherchent. "On prend aussi des candidatures via Facebook", précise la responsable RH. Et pas besoin de préparer mille docs pour candidater. Il vous faut juste un CV et lettre de motivation.

Plus d'informations sur le site internet d'Henri Boucher, sur Facebook ou Instagram.

Article sponsorisé @HenriBoucher

Vozer Vozer

À lire aussi, c’est tout frais !


Nestore, la nouvelle boutique de seconde main débarque en mars dans le Vieux-Lille

Lola Pierkot, 2 min de lecture
16 fév. 2024 La vie quot' Staïle


À Saint-André-lez-Lille, une tatoueuse réparatrice couvre les cicatrices

Aurore Garot, 3 min de lecture
12 fév. 2024 La vie quot' Staïle


La Boutique des Artisans s'installe dans la galerie marchande de Faches en mars

Lola Pierkot, 1 min de lecture
19 jan. 2024 Bouffe & Godet(s) La vie quot'


article écrit
par Mathilde Dolinger

Vozer Vozer

À la une de Vozer

Menu
La vie quot'

Chiant mais important

Transports

Staïle

Voyage voyage

Faits divers

Dans la rue

Bouffe & Godet(s)

Brasseries

Bars

Foodporn

Culturons-nous

Plein les yeux

Street Art

Flashback

Geek

On sort ?

Night Night

Festival

Braderie

WTF

Vert et Solidaire

Solidarité

C'est green

Sueur

Jeux Olympiques

et aussi

Comment ça marche, Vozer ?

La carte ultime de Lille

Qui sommes-t-on ?

Faire de la pub avec nous

Ça mérite un sujet Vozer

Faire un stage chez nous

"Flashback" : le livre

Contact