Accueil  >  Culturons-nous

Cette semaine, l'Opéra de Lille propose une plongée dans une sombre histoire familiale

Mathilde Dolinger 3 min de lecture
06 mars 2023, Culturons-nous

Partager cet article

Partager cet article

Article
en partenariat

Le ou la client·e commande un article mais n’a pas de droit de regard sur la publication avant parution. C’est nous qui produisons le contenu pour en contrôler la qualité, le ton et l’éthique.

Pour en savoir plus, c'est ici

En présentant Pépé Chat; ou comment Dieu a disparu de la flamande Lisaboa Houbrechts, l'Opéra de Lille a bien l'intention de vous secouer, émotionnellement parlant. Dans sa pièce mêlant théâtre, musique et danse, l'auteure et metteuse en scène raconte à travers le regard d'une petite fille, les traumas d'un grand-père meurtri, qui vont bouleverser trois générations. À découvrir en urgence les 9 et 10 mars.

Lisaboa Houbrechts a déjà gagné ses lettres de noblesse avec son MacBeth bien féministe (2018) et avec son portrait théâtral et musical de Bruegel (2019). Avec sa nouvelle création, la jeune auteure et metteuse en scène flamande upgrade dans son talent. Avec Pépé Chat; ou comment Dieu a disparu, préparez-vous à sentir votre cœur se serrer et à voir flou à cause de vos larmes.

Car la metteuse en scène propose ici une sombre histoire familiale qui s'étend sur trois générations, de 1930 à 2010. Et celle qui va entreprendre ce voyage dans le passé avec vous, n'est autre que la petite-fille de 12 ans, représentante de la dernière génération. Tout au long de ce récit, elle va mettre à nu les traumatismes de sa famille, et particulièrement ceux de son grand-père, le fameux Pépé Chat. 

© kurt van der elst | kvde.be

À la recherche de l'enfance perdue

Pépé Chat, qui a grandit sous les bombes pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation nazie, sous l'emprise de prêtes qui l'ont abusé sexuellement. Et qui pour couronner le tout, va vivre un mariage cruel avec Mémé Chat. Bref, de quoi bien traumatiser ce grand-père et, par effet ricochet, le reste de sa famille, dont son fils, qui comme lui, va bannir Dieu de sa vie. Au grand dam de Mémé Chat qui veut garder sa famille "pieuse et pure".

"Lisaboa Houbrechts possède une élégance et une calme détermination pour s’emparer des questions sauvages qu’elle nous propose d’entendre avec une poésie tour à tour glaçante et magnifique, raconte Caroline Sonrier, la directrice de l’Opéra de Lille. Pour elle, la violence faite aux enfants détermine la violence de demain. Elle pose ici la question de savoir comment la violence dans la sphère la plus intime se rapporte aux violences de l’Histoire."

© kurt van der elst | kvde.be
Et vous vous en doutez, si c'est joué à l'Opéra, c'est que la musique, la danse, les images et le texte se mélangent pour vous offrir un plaisir visuel et auditif, qui sort du cadre classique du théâtre lyrique. Au total, treize interprètes dont quatre chanteur·euse·s et quatre enfants feront vivre la pièce sur scène. Avec en version enregistrée, un orchestre interprétant la Passion selon Saint Jean de notre cher ami compositeur Jean-Sébastien Bach. Et comme médium entre les personnages et les époques, on retrouvera aussi le joli son de l'accordéon.

Les infos pratiques

Bien, maintenant que vous êtes déter' à y aller, passons aux infos pratiques. La pièce est jouée à l'Opéra de Lille le jeudi 9 et vendredi 10 mars à 20h, mais vous pouvez venir dès 19h30 pour entendre l'introduction à l'œuvre, dans le Grand Foyer. Elle dure environ 1h45 sans entracte et comme tout le monde n'a pas de licence de néerlandais, c'est surtitré en français. À la fin de la représentation, il y aura aussi un temps d'échange avec l'équipe artistique.

Les places coûtent entre 5€ et 23€ et vous pouvez réserver vos places sur le site de l’Opéra de Lille, au guichet (entrée rue Léon Trulin) ou par téléphone au 03 62 21 21 21. 

Article sponsorisé @Opéra de Lille

Vozer Vozer

À lire aussi, c’est tout frais !


Le festival de BD Au temps Buller revient ce week-end à Lambersart

Aurore Garot, 3 min de lecture
09 avr. 2024 Festival Culturons-nous


Le théâtre du Nord fait son dernier aftershow de la saison en mode italo-disco

Aurore Garot, 2 min de lecture
19 mars 2024 Night Night Culturons-nous


Le bar Le W se transforme en temple de la culture hip hop ce dimanche

Aurore Garot, 3 min de lecture
12 mars 2024 On sort ? Culturons-nous


article écrit
par Mathilde Dolinger

Vozer Vozer

À la une de Vozer

Menu
La vie quot'

Chiant mais important

Transports

Staïle

Voyage voyage

Faits divers

Dans la rue

Bouffe & Godet(s)

Brasseries

Bars

Foodporn

Culturons-nous

Plein les yeux

Street Art

Flashback

Geek

On sort ?

Night Night

Festival

Braderie

WTF

Vert et Solidaire

Solidarité

C'est green

Sueur

Jeux Olympiques

et aussi

Comment ça marche, Vozer ?

La carte ultime de Lille

Qui sommes-t-on ?

Faire de la pub avec nous

Ça mérite un sujet Vozer

Faire un stage chez nous

"Flashback" : le livre

Contact