Accueil  >  La vie quot'  >  Staïle

À Saint-André-lez-Lille, une tatoueuse réparatrice couvre les cicatrices

Aurore Garot 3 min de lecture
12 fév. 2024, La vie quot'Staïle

Partager cet article

Partager cet article

Infos
pratiques

📍 Saint-André-lez-Lille
🎫 Sur devis
📱 Pour prendre rendez-vous, ça se passe sur Insta
Les accidents de la vie, on en a toutes et tous. Mais parfois, ça laisse des traces sur le corps. Pour aider les personnes à se reconstruire, Léa a choisi de se lancer dans le tatouage thérapeutique dans son petit studio intimiste à Saint-André-lez-Lille. Pour couvrir des cicatrices ou recréer une aréole mammaire (après une mastectomie par exemple), la Nordiste est là. 
Attention à la tête (et à la marche) en entrant dans sa salle de tatouage. Léa a installé tout son matos dans un petit studio en-dessous d'une résidence de Saint-André-lez-Lille. "Il me fallait un lieu intimiste à l'abri des regards pour accueillir mes client·es. Un salon de tattoo avec d'autres tatoueurs, ça ne marche pas", commence Léa Boone.

Depuis 2020, la Nordiste de 25 ans s'est lancée dans le tatouage thérapeutique, cette branche très spécifique qui consiste à "habiller les cicatrices" (ou les cacher) et à recréer de A à Z l'illusion des aréoles mammaires. "J'ai fait 6 ans de tatouage réaliste avant de me lancer, raconte celle qui a fait des études aux Beaux-Arts. Et je me suis formée auprès d'une Lilloise spécialisée dans le tatouage thérapeutique pendant un an."
Léa accueille dans son studio à Saint-André-lez-Lille.
Léa accueille dans son studio à Saint-André-lez-Lille.

Se faire tatouer pour se reconstruire

Car le tatouage conventionnel et le thérapeutique sont deux choses différentes : "On adapte le matériel, la technique en fonction de l'état de la zone, explique-t-elle. On va utiliser des pigments minéraux qui s'adaptent au pH de la peau et une aiguille de dermopigmentation qui est plus douce et moins violente."

Emotionnellement aussi ce n'est pas toujours pareil. Car souvent, ce sont des accidents de la vie ou des maladies comme le cancer du sein qui poussent ses client·es à venir la voir. "Je ne prends qu'un rendez-vous par jour. C'est un moment qui peut être très fort pour elleux et l'émotion peut prendre le dessus. Le tatouage thérapeutique, c'est le point final. La célébration de la résilience."
Pour la contacter, il suffit de passer par Insta.
Pour la contacter, il suffit de passer par Insta.
Ce qui demande beaucoup d'adaptation pour répondre au mieux à leur demande. Car des tatoueur·ses réparateur·rices, il n'y en a pas des masses. "Il faut une bonne pratique du dessin bien sûr, mais il faut aussi savoir aller au-delà de son style pour être à la portée de tous et toutes. Chaque dessin est vraiment unique, je travaille tout." Même si elle déconseille les tatouages "très saturés en couleurs".

Les conditions médicales

Alors bien sûr, il y a quelques conditions à respecter pour se faire tatouer par Léa. Déjà, elle n'accepte que sur avis médical. Si la personne se remet d'une maladie comme le cancer, il faut attendre deux ans après les derniers rayons, la dernière chirurgie, chimio ou radiothérapie. Et la blessure doit être bien cicatrisée (blanche). Pour ce qui est de la taille, de la forme de la peau, de sa couleur, d'une peau brûlée ou autre, peu importe. "Et je peux faire plusieurs rendez-vous sans problème."

Concernant le prix, ça va dépendre de plusieurs facteurs. "Pour les aréoles mammaires, on est sur 170€ les deux. Pour les cicatrices, c'est sur devis." Vous pouvez aussi trouver d'autres tatoueuses via l'association Sœurs d'encre dont elle fait partie. "Il faut que les gens sachent qu'on existe et qu'on est là pour les aider dans leur reconstruction, c'est très important", termine Léa. 
Vozer Vozer

À lire aussi, c’est tout frais !


Nestore, la nouvelle boutique de seconde main débarque en mars dans le Vieux-Lille

Lola Pierkot, 2 min de lecture
16 fév. 2024 La vie quot' Staïle


La Boutique des Artisans s'installe dans la galerie marchande de Faches en mars

Lola Pierkot, 1 min de lecture
19 jan. 2024 Bouffe & Godet(s) La vie quot'


Vents violents : la Ville de Lille ferme à nouveau plusieurs équipements extérieurs

Lola Pierkot, 1 min de lecture
02 jan. 2024 La vie quot' Faits divers


article écrit
par Aurore Garot

Vozer Vozer

À la une de Vozer

Menu
La vie quot'

Chiant mais important

Transports

Staïle

Voyage voyage

Faits divers

Dans la rue

Bouffe & Godet(s)

Brasseries

Bars

Foodporn

Culturons-nous

Plein les yeux

Street Art

Flashback

Geek

On sort ?

Night Night

Festival

Braderie

WTF

Vert et Solidaire

Solidarité

C'est green

Sueur

Jeux Olympiques

et aussi

Comment ça marche, Vozer ?

La carte ultime de Lille

Qui sommes-t-on ?

Faire de la pub avec nous

Ça mérite un sujet Vozer

Faire un stage chez nous

"Flashback" : le livre

Contact