Accueil  >  Culturons-nous  >  Dans la rue

A Roubaix, le parking de la gare va se transformer en galerie d'art urbain

Jean Duquesne 3 min de lecture
06 avr. 2021, Culturons-nousDans la rue

Partager cet article

Partager cet article

Les musées sont fermés pour cause de Covid ? Pas grave, la ville de Roubaix n'est pas en reste de bonnes idées. Le parking gare de la ville, actuellement en béton armé, va se refaire une beauté en accueillant vingt street-artistes de renom et c'est Jef Aérosol qui a ouvert le bal vendredi.

Un parking ce n'est pas ce qu'il y a de plus esthétique. Celui de la gare de Roubaix s'étend sur quatre étages, dans lesquels se joignent des coursives. Des lieux où seuls les piétons sont habilités à passer pour rejoindre Titine. Ces couloirs vont devenir le théâtre de belles œuvres urbaines, produites au rythme d'une par semaine par un.e artiste différent.e, jusqu'au mois de juin.

"On a vraiment voulu pallier la fermeture des musées en proposant cette sorte de galerie urbaine", détaille Loïc Trinel, le responsable de l'office de tourisme de Roubaix. Au total, vingt artistes vont venir décorer les coursives du parking, dont quatre de la région et seize nationaux. L'objectif est de terminer tout ça avant le début du festival expérience urbaine (XU), la semaine du 26 juin.

Il y aura de quoi ravir vos mirettes, car plusieurs styles artistiques vont être proposés comme du pochoir, de la sculpture ou encore du collage. Chaque artiste sera dévoilé la semaine de la réalisation sur les réseaux sociaux de la ville. "On a voulu respecter au mieux la parité. Sur les vingt artistes, huit seront des femmes", rajoute Loïc.

Jef Aérosol pour l'ouverture

Une première œuvre a déjà pointé le bout de son nez vendredi dernier. Elle a été réalisée par le célèbre street-artist Jef Aérosol. Elle a été créée grâce à trois pochoirs différents, et se veut très détaillée, ce qui n'est pas forcément le cas dans l'art urbain. Pendant une grosse heure, l'artiste et son équipe dévoilent leur talent par de la minutie, des bombes de peinture et même un sèche-cheveux pour que la peinture sèche correctement.

Le paysage que l'œuvre représente n'est pas un hasard. La scène représente un moment dans la vie de Jef Aérosol : "J'ai été à Brooklyn et je me suis pas mal baladé. A un arrêt de métro, il y avait toujours ce jeune guitariste que j'ai fini par prendre en photo". Sur fond noir et blanc, le paysage est au format d'un mètre sur un mètre comme le seront toutes les futures œuvres.

"Il y a une différence entre voir, et regarder. A force de passer, les habitant.e.s vont finir par s'arrêter et vraiment admirer l'œuvre", ajoute Jef Aérosol. Les couloirs du parking, qui seront bientôt remplis d'art urbain, font penser à une galerie dans la tête de l'artiste. Raison pour laquelle sa nouvelle œuvre, il l'imagine comme un tableau. Il précise d'ailleurs que : "Je n'aurais jamais fait ça dans la rue".

Pour découvrir tout ça de vos propres yeux, vous pouvez vous rendre au parking situé place de la gare, à Roubaix. Sinon, on vous laisse faire un tour sur le Facebook de la ville.

Vozer Vozer

À lire aussi, c’est tout frais !


La Piscine de Roubaix dévoile ses expos du printemps

Aurore Garot, 3 min de lecture
16 fév. 2024 Plein les yeux Culturons-nous


Le musée du LaM va fermer dès l'automne pour un an de travaux

Margot Hoornaert, 2 min de lecture
13 fév. 2024 Culturons-nous


Jeudi prochain, assistez à une répétition commentée de l'ONL

Margot Hoornaert, 1 min de lecture
09 fév. 2024 Culturons-nous


article écrit
par Jean Duquesne

Vozer Vozer

À la une de Vozer

Menu
La vie quot'

Chiant mais important

Transports

Staïle

Voyage voyage

Faits divers

Dans la rue

Bouffe & Godet(s)

Brasseries

Bars

Foodporn

Culturons-nous

Plein les yeux

Street Art

Flashback

Geek

On sort ?

Night Night

Festival

Braderie

WTF

Vert et Solidaire

Solidarité

C'est green

Sueur

Jeux Olympiques

et aussi

Comment ça marche, Vozer ?

La carte ultime de Lille

Qui sommes-t-on ?

Faire de la pub avec nous

Ça mérite un sujet Vozer

Faire un stage chez nous

"Flashback" : le livre

Contact